Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

"LE PROGRES" souvenirs de la salle ROBERT MAGAT

Avant la démolition de la mythique salle Robert-Magat en 2024, 15 basketteurs emblématiques de l’AST nous ont ouvert leur boîte à souvenirs ces derniers mois. C’est au tour du président Mikaël Paillasson de se projeter vers le futur, avec l’ambition d’écrire d’autres jolies pages. Par Propos recueillis par Yoann TERRASSE - 12 mars 2022 à 06:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:21

Une nouvelle salle, la volonté d’accéder à la Nationale 2 - un niveau que n’a plus atteint le club depuis 1994 -, mettre le paquet sur la formation… L’AST envisage son avenir avec de grandes ambitions. Enfant du club, après avoir joué dans toutes les catégories, Mikaël Paillasson, président depuis 2019 , détaille sa stratégie pour replacer l’AST, 171 licenciés aujourd’hui, en haut du panier.

Quel regard portez-vous sur les souvenirs livrés dans nos colonnes (notre série publiée chaque samedi entre le 26 novembre et le 5 mars) par ces 15 personnalités emblématiques de l’AST ?

« Ces témoignages ont eu le mérite de rafraîchir les mémoires de tout le monde, pour se souvenir de ce qu’a été l’AST depuis les années 1960 et de tout cet héritage que nous avons grâce à ces figures qui ont marqué le club. C’est un bon moyen de permettre aux générations qui n’ont pas connu ça de s’en inspirer. »

Comment envisagez-vous l’avenir sportif du club ?

« La construction de notre nouvelle salle nous fixe le calendrier. Annoncée pour 2024, cela nous laisse deux saisons pour monter en Nationale 2. C’est le terrain qui décide et on sait que ce ne sera pas pour cette année (l’AST est 5e  de sa poule de Nationale 3, Ndlr). On veut que l’équipe 2 (Régionale 2) puisse monter, pour être un vivier de la 1. Nous avons aussi l’ambition de passer un cap au niveau de la formation. Dans les années futures, l’objectif est de retrouver ce qui a fait l’ADN du club. Car lorsqu’on lit les interviews des anciens grands joueurs, il y a toujours eu, dans les périodes à succès, un noyau de joueurs formés au club. Pour marquer une nouvelle page de l’histoire de l’AST, on doit se diriger vers cela. »

 

Quel dispositif allez-vous mettre en place pour la formation ?

«  Une section sportive a déjà été lancée à la cité scolaire de La Plata , avec 10 jeunes de 6 e , 5e et 4 e. On constate qu’ils progressent, avec quatre entraînements par semaine. On espère ancrer ce dispositif dans la durée et l’étendre aux 3e puis aux lycéens. En interne, nous souhaitons intégrer une direction technique étroitement liée à l’équipe 1 et à la formation, ainsi que renouer avec la formation interne d’entraîneurs. »

Le budget du club est-il amené à évoluer ?

« Il est de 170 000 euros. Nous étions à 130 000 euros il y a peu de temps et on a réussi à développer nos partenariats privés. Pour la Nationale 2, il faudra viser 250 000 euros, pour espérer se maintenir à ce niveau. »

Comment le futur complexe sportif peut-il vous aider à prendre une nouvelle dimension ?

«  Ça va être un magnifique écrin , qui comportera plusieurs terrains et panneaux. Cela permettra de faire plus de technique individuelle et de passer ce cap pour former des joueurs de niveau Nationale. Cette nouvelle salle pourra aussi nous aider à recruter des joueurs. Ils sont sensibles à l’environnement. »

Quel sera le nom de cette nouvelle salle ?

« C’est un vrai sujet, qui arrivera bientôt sur le tapis. »

Comptez-vous mettre en valeur l’histoire du club au sein du futur foyer ?

« Nous allons en parler avec la mairie. Ce complexe sera aussi celui de la gym et d’autres sports. Il faudra voir dans quelle mesure on peut faire quelque chose pour personnaliser et témoigner de cette riche histoire. »

Les anciens joueurs ont tous rendu hommage au public, qui mettait une ambiance de folie à Robert-Magat. Comment faire pour retrouver une telle atmosphère ?

« Ce qui transpire, à travers ces témoignages, c’est que le public tararien était un vrai 6e homme. Il faisait gagner certains matchs. Quand tu es sur le terrain, il te porte. Il faut qu’on retrouve ça, car on l’a un peu perdu. Mais on s’aperçoit que lorsqu’il y a aujourd’hui des scénarios euphorisants sur le terrain, il répond présent. Nous avons sollicité une fanfare pour animer nos matchs. On veut retrouver une belle ambiance basket le samedi soir et redonner l’habitude au public de revenir à l’AST pour supporter l’équipe. »

Avant la démolition de la mythique salle Robert-Magat, en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. Premier épisode de notre nouvelle série, ​avec Gérard Chat, meneur de l’équipe fanion à 16 ans, joueur de l’inoubliable groupe, qui a joué en Nationale 1, puis entraîneur. Par Yoann TERRASSE - 26 nov. 2021 à 19:00 | mis à jour le 07 mars 2022 à 16:00

C’est le seul club où il a joué, pendant 25 ans d’une brillante carrière, où son sens du jeu faisait des ravages. Meneur surdoué, Gérard Chat a connu les heures de gloire de l’AS Tarare dans les années 1970 et 1980. Propulsé en équipe fanion à 16 ansil faisait partie de la fameuse équipe de 1976 qui a joué au plus haut niveau (Nationale 1), avant d’entraîner l’AST plus tard (1987/1992, puis 2004/2008). Une fidélité à son club de cœur, que le public lui rendait bien : « C’est vrai que j’étais un peu le chouchou », sourit-il, au moment de s’épancher sur ses meilleurs souvenirs dans l’enceinte, construite au début des années 1960.

Sa première fois à Robert-Magat

« Lorsque j’ai commencé en poussins, la salle Robert-Magat était un grand préau couvert, fermé sur les côtés, avec une seule tribune. C’était rustique (rires) ! En 1966, les vestiaires n’avaient pas été construits : on se changeait plus loin, au foyer des boules, au bord de la Turdine. »

Son match mémorable

« La réception de Vichy, en 1977. On venait de descendre de N1. En match amical, on avait joué contre eux à Charlieu. On venait de recruter un nouvel Américain, Boyd, qui était très prometteur. Mais il a été exclu pour avoir commis un mauvais geste sur un joueur de Vichy. Il a pris deux ans de suspension et n’a jamais pu jouer avec nous… Lorsque Vichy est venu à Robert-Magat, quelques mois plus tard, la salle était bondée et l’ambiance incandescente. Le joueur qui avait été violenté par Boyd était copieusement sifflé. Le public a mis une pression incroyable sur Vichy, sans aucun débordement. A la mi-temps, on menait de 30 points ! C’est l’ambiance la plus fabuleuse que j’ai connue ici. »

Le rôle du public tararien

« Dans les années 70 et 80, c’était compliqué pour nos adversaires de venir jouer à Tarare. Il y avait de la crainte. Nous étions une petite ville, avec une ambiance de village. Pour la saison en Nationale 1, il y avait 3 000 personnes pour nos premiers matchs contre Tours et l’Asvel. Le public mettait une vraie pression. J’ai des souvenirs de grande communion. Quand Yvan Mollard marque le panier de la victoire, à la dernière seconde, contre Nice, en ¼ de finale de coupe de France en 1986, 1 000 personnes ont explosé de joie. Je garde aussi en mémoire l’ambiance lors de la victoire contre Pont-de-Chéruy, en 2006 (il était entraîneur, NDLR). On devait gagner pour monter en Nationale 3, après avoir perdu de 20 points à l’aller. C’était bouillant. »

Son avis sur la démolition

« Les souvenirs restent dans la tête, ils ne s’envoleront pas avec la démolition de cette salle. On va avoir une nouvelle infrastructure très intéressante et c’est super pour le club, dont je suis désormais co-trésorier. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« John Dearman (l’Américain qui a fini meilleur marqueur de N1 en 1976, NDLR). Il est arrivé à Tarare en 1972, l’année où je commençais en équipe première, à 16 ans. On s’est perdu de vue, mais je garde un immense souvenir de lui, en tant qu’équipier et en tant qu’homme. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. Deuxième épisode de notre série avec George « BG » Brosterhous, un Américain arrivé en 1974 qui a laissé d’inoubliables souvenirs au club et aux Tarariens. Par Yoann TERRASSE - 03 déc. 2021 à 18:28 | mis à jour le 21 janv. 2022 à 18:34

Il a marqué de son empreinte l’histoire de l’AST, mais aussi de la ville. De 1974 à 1978, George Brosterhous, associé à John Dearman, a fait partie d’un duo d’Américains d’exception, envié par toute la France du basket. Tout le monde l’appelait « BG » (prononcez « Bidji ») et, du haut de ses 2,05 m, il ne passait pas inaperçu avec son charisme inégalable. Depuis les États-Unis où il vit aujourd’hui, âgé de 70 ans, il avoue : « Sur mes 21 années en Europe, celles à Tarare font partie de mes meilleurs souvenirs. »

Arrivé à 23 ans en tant que « joueur de classe internationale », comme l’annonçait la presse à l’époque, il est reparti avec le statut de légende locale, grâce à des performances sportives remarquables, mais aussi une gentillesse permanente qui lui a valu d’être adopté par la population. Son passage à Tarare constituera le tremplin d’une riche carrière, avec deux titres de champion de France avec Limoges (1984 et 1985) et 96 sélections, après avoir été naturalisé. Pour « BG », c’est à la salle Robert-Magat que sa carrière française a commencée.

Sa première fois à Robert-Magat

« Je venais d’arriver en train d’Italie (il jouait à Milan, NDLR). On m’a tout de suite conduit vers la salle Robert-Magat. C’était le soir, il y avait John Dearman, Gérard Chat, Alain Morival et d’autres joueurs. C’était le dernier jour pour que le club signe un joueur et ils voulaient voir si j’avais le niveau. On a ensuite managé dans un petit café au bord de la RN7. Je crois que les dirigeants se sont levés très tôt le lendemain pour envoyer la lettre à la fédération, afin de valider mon recrutement à temps ! »

Son match mémorable

« Celui contre l’ASVEL, lors de notre saison en Nationale 1, en 1976 (défaite 88-95). L’ambiance était incroyable. Vous me dites qu’il y avait 3 000 supporters ? Moi, j’avais l’impression qu’ils étaient 10 000 ! »

Le rôle du public tararien

« Nos fans étaient les meilleurs. Je suis persuadé que nos adversaires avaient peur de venir à Tarare. On avait un réel avantage à domicile. Au quotidien, la vie à Tarare était top. En 1975, nous avions créé un super petit bar, que l’on avait appelé « La Sixième Faute » (un jeu de mots par rapport aux cinq fautes autorisées au basket), avec John Dearman : ce sont de beaux souvenirs ! (ce bar existe toujours, rue Pêcherie) ».

Son avis sur la démolition

« Je ne savais pas que cette salle allait être démolie. J’imagine qu’il y a un projet pour en construire une autre ? ( le futur complexe sera implanté au pied du viaduc , NDLR).

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Je n’ai pas gardé contact avec mes anciens coéquipiers et j’en suis désolé. Je ne sais pas si je reviendrai un jour en France. Mais si c’est le cas, je passerai à Tarare pour voir ce qui a changé. J’ai vendu mes restaurants et ma maison dans l’Oregon. Avec ma femme, nous avons acheté un gros camion qui fait camping-car et nous voyageons. En ce moment, nous sommes dans le Nevada, avant d’aller au Texas. On espère être en Floride au printemps, puis sillonner l’Est des États-Unis l’été 2022. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. Quatrième épisode de notre série avec Jean Pierrefeu, qui a assisté à la construction de l’enceinte sportive du club où il est arrivé en 1956. Par Yoann TERRASSE - 17 déc. 2021 à 18:59 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:19

Il fait partie de ceux qui ont assisté à la création de la salle Robert-Magat. C’était il y a 60 ans. À ce moment-là, Jean Pierrefeu était un joueur de haut niveau à l’AST, arrivé d’Amplepuis en 1956, à l’âge de 23 ans. Il n’a plus quitté le club ensuite, embrassant une courte carrière d’entraîneur, puis de président de toutes les sections de l’Alliance sportive de Tarare (1973 à 1988). Une époque dorée, symbolisée par l’unique saison en Nationale 1 (1976) et des souvenirs impérissables pour l’un des témoins de la construction de cette salle Robert-Magat telle qu’on la connaît aujourd’hui. Fidèle à l’AST de 1956 à 1988, il continue aujourd’hui d’assister aux matchs de l’équipe fanion, le samedi soir.

Sa première fois à Robert-Magat

« En 1956, on jouait sur un terrain extérieur, le long de la Turdine. On se lavait dans un tonneau devant le petit vestiaire ! Quand on est monté en Honneur de France en 1959 (3e  division), un préau a été construit. C’est en 1962 que la décision a été prise de faire une vraie salle, après un contact entre l’entrepreneur Léon Masson et les dirigeants du club. Un échange de terrains a été fait entre l’industrie textile Champier et l’AST. La salle a finalement été inaugurée en 1964, avec le match international France-Suisse. Juste avant la saison en Nationale 1, elle a été agrandie. En tant que président, j’étais allé voir le maire Georges Vinson : il nous avait soutenus avec le vote d’une subvention d’1,2 million de francs. »

Son match mémorable

« La deuxième rencontre de notre saison en Nationale 1 en 1976, contre l’Asvel (défaite 88-95). L’ambiance était exceptionnelle, il y avait du monde partout. On a malheureusement été “saqués” par les arbitres, qui ont mis une cinquième faute injustifiée à notre meilleur scoreur John Dearman. Un autre souvenir me vient à l’esprit : un entraîneur m’avait dit, avant un match, que John Dearman serait moins fort en Nationale 1 qu’en Nationale 2. Je suis allé le lui dire… et il a marqué 42 points ! »

Le rôle du public tararien

« À Tarare, il faut gagner pour attirer du monde. En Nationale 1, nous n’étions pas assez forts (l’AST a fini la saison à l’avant-dernière place, N.D.L.R.), car il nous manquait un joueur. Mais le public nous a poussés. Beaucoup de spectateurs venaient de l’extérieur. Je me souviens aussi d’ambiances extraordinaires en Nationale 2 contre Lyon CRO ou la Chorale de Roanne. À l’époque où on jouait encore sous le préau, il n’y avait pas de barrières et, un jour, la foule avait envahi le terrain à la fin d’un match pour s’en prendre aux arbitres. Les joueurs avaient fait un cordon autour d’eux ! »

Son avis sur la démolition

« L’histoire du basket de Tarare s’est écrite à l’Ouest de la ville. C’est ici que le club a connu ses heures de gloire. C’est donc très bien que la nouvelle salle soit construite au viaduc. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Gérard Poncet. Dans les années 1960, il était arrivé de Feurs. Un joueur formidable, qui avait la “gagne” dans le sang. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 5e épisode de notre série avec Paul Souzy, l’actuel directeur sportif du club, où il a fait ses premiers pas en 1972, avant de connaître les heures de gloire. Par Yoann TERRASSE - 25 déc. 2021 à 06:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

C’est une fidélité rare, comme on n’en voit plus beaucoup dans les associations sportives. Avec 20 ans de présence en tant que joueur, Paul Souzy a participé aux plus belles heures du club, dans les années 1970 et 1980, avec le souvenir d’une arrivée dans l’effectif seniors lors de la fameuse saison en Nationale 1 (1976). « On allait en avion jouer à Orthez, on partait faire un tournoi à Moscou : j’avais 19 ans et ça me semblait normal ! Mais plus tard, alors que j’étais président de l’AST et qu’on est descendu en Régionale 3, je me suis souvenu de ces moments-là qui étaient, en fait, incroyables », confie celui qui a présidé le club de 1995 à 2012. Aujourd’hui, Paul Souzy est toujours présent à Robert-Magat, avec un rôle stratégique de directeur sportif de l’AST.

Sa première fois à Robert-Magat

« J’avais 10 ans et j’étais venu voir les matchs du tournoi de Pâques, à la fin des années 1960. Il n’y avait jamais de basket à la télévision. C’était la première fois que je voyais des sportifs costauds de 2 mètres, qui couraient, sautaient… Je découvrais un autre monde. Ça m’a donné envie de pratiquer ce sport et j’ai rejoint l’AST en 1972, en minimes. »

Son match mémorable

« Le ¼ de finale de coupe de France contre Nice, en avril 1986. Une très grosse équipe de première division, alors que nous étions en Nationale 2. On gagne d’un point (101-100) grâce à un panier à la dernière seconde. J’avais jamais connu une ambiance aussi chaude. En plus, j’avais été malade la semaine d’avant et je n’aurais pas dû jouer ce match. J’avais mis la pression sur le docteur pour qu’il me permette d’être là ! »

Le rôle du public tararien

« Les adversaires avaient peur de venir jouer à Robert-Magat, avec nos supporters tout près du terrain. Quand on bat Monaco en Nationale 2, l’ambiance était diabolique. Ce sont des moments inoubliables. Dans les années 70 et 80, il y avait une spirale ascendante du basket à Tarare, avant que l’on ne redescende. Depuis 15 ans, nous sommes en Nationale 3 et il y a peut-être une lassitude du public. L’autre facteur qui joue pour les supporters, c’est de voir des joueurs locaux dans l’équipe. Il y en a beaucoup moins aujourd’hui qu’à l’époque où je jouais. C’est dans cette optique de former des jeunes du cru que l’AST a lancé une section sportive en partenariat avec la cité scolaire de La Plata. D’ici quelques années, on verra les premiers résultats de ce travail de formation. »

Son avis sur la démolition

« Elle doit avoir lieu en 2024, ce qui nous laisse deux ans pour réfléchir à l’organisation d’une grande soirée nostalgie ! Il y aura de l’émotion, c’est certain, car je fréquente cette salle depuis 50 ans. Mais le futur complexe sera un bel outil. C’est très positif pour l’AST. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Christophe Girerd. On a fait une grande partie de notre carrière ensemble, dont la saison en Nationale 1. Je l’avais recroisé brièvement, par hasard, lors de l’inauguration de l’Astroballe en 1995 et, depuis, je ne l’ai plus revu. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 6e épisode de notre série avec Jean-Marie Porte, fer de lance d’une génération de joueurs du cru, passés de la Régionale 3 à la Nationale 3 en peu de temps. Par Yoann TERRASSE - 01 janv. 2022 à 06:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Il est le symbole d’une génération unique de basketteurs du cru, qui ont brillé et fait vibrer Robert-Magat dans les années 2000. Une bande de copains qui a gravi les échelons à la vitesse de l’éclair, passant très vite de la Régionale 3 à la Nationale 3. Leader charismatique, Jean-Marie Porte, fidèle à l’AST de 1988 à 2015, n’oubliera jamais ces trois montées et ses dix années de Nationale 3, où sa combativité en faisait un élément indispensable de l’équipe.

Au moment de se confier sur ses plus beaux souvenirs à Robert-Magat, il rend hommage à trois de ses anciens entraîneurs : « On a la chance d’avoir eu Michel Terrasse, Gérard Chat et Franck Macaire, qui nous ont apporté ce dont nous avions besoin, dans des styles différents », confie celui qui fait aujourd’hui partie de la commission animation du club.

Sa première fois à Robert-Magat

« J’ai rejoint l’AST en poussins, en 1988, après avoir commencé aux Olmes. La salle n’a pas beaucoup changé depuis : elle transpire toujours autant le basket. Ici, il y a une atmosphère à part, grâce à toutes les générations qui ont écrit l’histoire du club. »

Son match mémorable

« L’immense émotion du match de la montée en Nationale 3 contre Pont-de-Chéruy, en 2005. On devait impérativement gagner, après avoir perdu de 20 points à l’aller. Il y avait 1 000 personnes à Robert-Magat, une fanfare, des pom-pom girls… Le public faisait tellement de bruit qu’on n’entendait pas les annonces de systèmes ! C’était un match fabuleux. Ce qui me marque, c’est que notre génération de joueurs formés au club (Lacroix, Fricaud, Tricaud, Degoutes, Bonin, Fouillat, Boutouil, Paillasson, Chatelus), partie de Régionale 3, a toujours su élever son niveau au fil des années. Il y avait de l’amitié, de la solidarité. Avec certains, on a fait toutes les équipes de jeunes avant de finir en N3 ! Notre priorité de vie à l’époque, c’était le basket et on passait notre vie ensemble, entre les entraînements, les matchs, les fêtes… Sur le terrain, ça se ressentait. »

Le rôle du public tararien

« 50 % de nos victoires, c’est grâce au public. On avait la fâcheuse habitude de ne pas tuer les matchs et ça se jouait souvent sur la fin. C’est là où le public intervenait. Quand tu as 500 personnes qui chantent et crient, les décisions litigieuses sont pour toi et les adversaires ont un maximum de pression. Sur mes 15 années en seniors, je n’ai pas le souvenir d’avoir perdu beaucoup de matchs à Robert-Magat. En plus, nous étions pour la plupart des jeunes du coin, et on voulait donner du plaisir aux gens qui venaient nous voir, nos familles et nos potes. »

Son avis sur la démolition

« Ça va faire bizarre. Je considère Robert-Magat comme un lieu de vie. Après les entraînements, on restait longtemps dans la salle, à discuter entre nous. Il y a eu des échanges très profonds. Et après, on allait au bar La 6e Faute : c’était notre rituel du jeudi. Il faudra remettre l’odeur du basket dans la nouvelle salle. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Lionel Dumas, avec qui j’ai joué en Régionale 1. Un Lyonnais qui avait parfaitement réussi à s’intégrer à notre groupe. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. Troisième épisode de notre série avec Alain Morival, coach de la fameuse équipe de 1976 dont faisaient partie plusieurs jeunes formés au club. Par Yoann TERRASSE - 11 déc. 2021 à 06:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:19

Il a été le plus jeune de France à diriger une équipe en première division de basket. Nous sommes en 1976, l’AST vient d’accéder à la Nationale 1 avec à sa tête un entraîneur-joueur âgé de 28 ans seulement. C’est Alain Morival, arrivé cinq ans plus tôt de la Chorale de Roanne. Au moment de se remémorer ses plus beaux souvenirs dans la salle Robert-Magat, qui sera démolie à l’horizon 2024 après la construction du nouveau complexe sportif , celui qui est désormais premier adjoint de la commune de Sarcey a du mal à masquer son émotion, après y avoir vécu « tellement de beaux moments ».

Sa première fois à Robert-Magat

« C’était en 1971, lors du tournoi de Pâques. J’avais 23 ans, je jouais à la Chorale de Roanne et l’AST m’a proposé de faire un essai. Ça s’est bien passé et j’ai rejoint le club, qui évoluait en Nationale 2, pour la saison 1971/72. J’en garde d’ailleurs toujours une trace à l’œil aujourd’hui, car je m’étais blessé lors de ce tournoi ! »

Son match mémorable

« Les matchs à domicile de la saison 1975/1976 face à Monaco, Mulhouse et Nilvange, qui étaient nos adversaires directs pour la montée en Nationale 1. L’enjeu était très important et notre public a répondu présent à chaque fois. Contre Monaco, on gagne de 29 points dans une ambiance impressionnante, devant des milliers de personnes. Ça tapait fort contre les barrières publicitaires autour du terrain ou avec les pieds dans les gradins ! Le bruit était incroyable. Notre public nous a portés pour accéder à la Nationale 1. »

Le rôle du public tararien

« Les supporters nous transcendaient. Je peux vous assurer qu’on a gagné pas mal de matchs grâce à eux. Je les remercie encore. Toute la ville se mobilisait pour nous soutenir. En Nationale 1, je me souviens du bruit qu’il y avait lors des matchs contre Tours, où j’étais en duel avec l’autre meneur de jeu Jean-Michel Sénégal, ou face à l’Asvel d’Alain Gilles. En tant qu’entraîneur de l’équipe, je ressentais un grand sentiment de fierté pendant cette période, car j’avais à mes côtés plusieurs joueurs très jeunes et formés au club, comme Souzy, Chat, Chambost, Tasoniero, Favre. »

Son avis sur la démolition

« Je suis passé devant la salle Robert-Magat hier. Je me suis arrêté et je l’ai regardé (il s’interrompt, très ému, N.D.L.R.). Je me souviens de tout ce travail accompli, des cinq entraînements par semaine, de ces séances très intenses car il fallait tout miser sur le physique. C’est pour cette raison que j’avais créé, en 1975, une commission médicale et une étude statistique sur le biorythme des joueurs avec Gilles Coste. À l’époque, c’était du jamais vu. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« George ‘‘BG’’ Brosterhous. Il est parti en 1978 à Monaco et je ne l’ai jamais revu. C’est un garçon que j’ai apprécié pour beaucoup de raisons. Sur le terrain, on était très lié, on avait un super feeling. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 7e épisode de notre série avec Alain Tasoniero, acteur sur le terrain de l’accession à la Nationale 1 en 1976, avant de manager l’équipe championne de France en 1986. Par Yoann TERRASSE - 08 janv. 2022 à 06:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

C’est l’un des visages incontournables de l’AST, qui a traversé les décennies avec des fonctions sportives différentes. Artisan de la montée en Nationale 1 sur le terrain lors de la saison 1975/1976 ; puis manager de l’équipe inoubliable de 1986, sacrée championne de France de Nationale 3 et finaliste de la coupe de France : Alain Tasoniero a connu les pages les plus glorieuses de l’histoire du club.

Il a également occupé un rôle stratégique d’assistant-coach de Gérard Chat dans les années 1980, de Thierry Rochet (1992) puis Franck Macaire (2008 à 2011), où il faisait souvent office de confident des joueurs. « J’ai beaucoup appris à leurs côtés, on partageait la même passion du basket », assure celui que l’on surnomme ‘‘Yoyo’’ et qui vient de revenir à l’AST pour s’occuper notamment du recrutement, après une belle aventure de sept ans en tant qu’assistant-coach à Quincié-en-Beaujolais.

Sa première fois à Robert-Magat

« J’ai commencé en poussins, en 1961, avant de faire toutes les catégories de jeunes à l’AST, en jouant à différents postes. Quand je suis arrivé, la salle n’était pas fermée sur les côtés, il y avait juste le toit. Il faisait un peu froid parfois ! »

Son match mémorable

« Il y a tellement de beaux souvenirs, c’est dur d’en détacher un. Mais je pense à la réception de Vichy, en 1977, l’année où l’on redescend en Nationale 2 (il y avait eu un antécédent entre les deux clubs conclu par la longue suspension de l’Américain de l’AST, Henry Boyd, après un match amical disputé quelques mois plus tôt, N.D.L.R.). Ça tremblait de partout dans la salle, qui était archi-comble ! Je repense aussi au match contre Mulhouse lors de l’année de la montée en Nationale 1 , pendant la saison 1975/1976. Ce soir-là aussi, l’ambiance avait été exceptionnelle. »

Le rôle du public tararien

« Ce public, c’était le ‘‘number one’’ ! La salle Robert-Magat se transformait en arène le samedi soir. Parfois, je me mettais à la place des équipes adverses qui voyaient cette foule, qui entendaient ce bruit… Jouer dans cette salle remplie, ça donnait des frissons et ça mettait la pression. »

Son avis sur la démolition

« Une nouvelle ère va commencer en 2024, mais le mythe de la salle Robert-Magat perdurera. Il y aura de l’émotion quand elle sera démolie, car elle a marqué l’histoire de nombreuses générations de basketteurs. Mais quel sera le nom du futur complexe  ? Ça pourrait être intéressant d’associer le nom de Robert Magat (un ancien joueur du club décédé en 1970, N.D.L.R.) à celui d’une autre figure marquante de l’AST. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Plusieurs joueurs Américains : Taylor Barlow, Eric Nordman, George ‘‘BG’’ Brosterhous , John Dearman et Gregory Jones. J’ai toujours eu un super bon contact et une vraie connivence avec les Américains qui venaient jouer à Tarare. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 8 e épisode de notre série avec Olivier Blatrie, l’actuel président de la ligue régionale de basket, qui a fait les beaux jours du club, de 1978 à 1988. Par Yoann TERRASSE - 14 janv. 2022 à 19:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Ses souvenirs sont gravés à jamais. Les 10 années où Olivier Blatrie a défendu les couleurs de l’AST (1978 à 1988) ont une place particulière dans sa mémoire. « J’ai vécu de très beaux moments à Tarare », garantit celui, qui est aujourd’hui le président de la ligue Auvergne Rhône-Alpes de basket.

Mais avant d’occuper ce poste à responsabilités (72 000 licenciés dans 560 clubs), il a été un impressionnant marqueur en Nationale 2 et Nationale 3, puis l’entraîneur-joueur, au côté d’Alain Tasoniero , de la brillante équipe de 1986, sacrée championne de France de Nationale 3 et finaliste de la coupe de France.

Olivier Blatrie revient, avec délice, sur sa carrière tararienne, encore marqué par la ferveur de la salle Robert-Magat, qu’il décrit comme « unique ».

Sa première fois à Robert-Magat

« J’avais 19 ans, en 1977, et j’avais marqué 63 points contre l’équipe 3 de Tarare, avec mon club de Belleville. J’avais entendu que l’AST souhaitait me recruter. Mais à l’époque, il n’y avait pas de portable et la communication n’était pas simple. J’ai donc décidé d’aller assister à un match à Tarare, qui venait de descendre de Nationale 1. C’était contre Vichy. J’arrive à la salle en retard, avant la mi-temps. L’AST menait déjà de plus de 20 points ! J’ai tout de suite été absorbé par l’ambiance. Je n’avais jamais vu ça. À chaque fois que Jaquemot, le meneur de Vichy, touchait le ballon, il y avait un bruit incroyable (les deux clubs s’étaient affrontés quelques mois plus tôt en amical et l’Américain de l’AST, Boyd, avait écopé d’une longue suspension, NDLR). En regardant le public, je me suis dit : ‘‘C’est quoi cette bande de fous !’’ (rires). Je me suis alors imaginé sur ce terrain, en jouant avec une telle ambiance, et je me suis dit que ça devait être génial… »

Son match mémorable

« La série de matchs de coupe de France, en 1985/1986. On était en Nationale 3 et on a battu toutes les équipes de niveau supérieur : Voiron, Orléans, Cholet, Nice… C’était exceptionnel pour nous (l’AST perdra en finale contre le Toulouse de Jacques Cachemire, N.D.L.R.). La même année, on gagne le championnat de France Nationale 3, l’objectif que l’on s’était fixé en début de saison. On avait l’impression que rien ne pouvait nous arriver, avec cette équipe. »

Le rôle du public tararien

« Il nous transcendait. La salle Robert-Magat était un chaudron. Il suffisait de lever le poing vers les supporters pour entendre une clameur impressionnante. Rien que d’en parler, je suis ému ! Quand je reviens à Tarare, je revois ces personnes, qui sont toujours là, avec un grand plaisir et j’ai l’impression d’être parti hier. »

Son avis sur la démolition

« Il y a un public à retrouver à Tarare et ça ne se fera pas dans une vieille salle. Ce nouveau complexe sera un tremplin vers quelque chose de nouveau pour l’AST. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Le groupe de la saison victorieuse de 85/86 : Chambost, Chat, Souzy, Corcombet, Jones, Benaouda, Chevrier, Jouvé, Mollard… J’ai une pensée pour Franck Koffi, qui nous a quittés. Dans cette équipe, il y avait quelque chose de spécial, un mental extraordinaire, une ambiance. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 9e épisode de notre série avec Quentin Comby, qui a gravi les échelons dans son club de cœur, jusqu’au capitanat de l’équipe fanion en Nationale 3. Par Yoann TERRASSE - 21 janv. 2022 à 16:52 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Les plus jeunes basketteurs rêvent de connaître la même ascension. À 5 ans, Quentin Comby faisait ses premiers pas à l’école de basket de l’AST. À 19 ans, il commençait sa carrière en séniors dans le même club en Nationale 3, un niveau relevé où il évoluera pendant une décennie, dont trois ans en tant que capitaine. Fidèle à son club de cœur, ce Tararien a toujours fait preuve d’une combativité exemplaire sur le terrain : « J’ai toujours eu l’amour du maillot », rappelle avec passion Quentin Comby.

Également coach à succès des séniors 2, avec trois montées d’affilée pour atteindre le niveau régional, il n’a pas encore dit son dernier mot dans la salle Robert-Magat. Lorsqu’il sera remis de ses tracas physiques, il reprendra sa place sur le terrain avec l’équipe 2, tout en entraînant les séniors 3 de l’AST.

« Je me souviens de ce terrain en ‘‘Taraflex’’ vert ( il a depuis été remplacé par un parquet, toujours de la marque Gerflor , NDLR). C’est là que j’ai fait mes débuts avec l’école de basket en 1996, à l’âge de 5 ans. J’allais supporter l’équipe fanion le samedi soir : c’était la folie dans les tribunes ! »

Son match mémorable

« La réception de Dole, en 2014. Il restait deux matchs avant la fin de saison et il fallait absolument gagner pour se maintenir en Nationale 3, car on se déplaçait chez le leader pour la dernière journée. Dole venait de recruter un Américain en milieu de saison et on était en concurrence avec eux pour se maintenir. Il y avait une grosse pression, la salle était comble. Plusieurs de mes copains jouaient dans cette équipe comme Raimbault, Jouvé, Monloup. On a finalement réussi à arracher le maintien, avec une très belle ambiance dans la salle. J’ai aussi en mémoire les nombreux derbys joués contre Lagresle. C’était des vrais matchs de Nationale 3, assez rugueux. On a souvent été victorieux face à eux à domicile et l’ambiance était top. »

Le rôle du public tararien

« C’est un sixième homme qui te donnait des frissons ! Quand 300 ou 400 personnes poussaient notre équipe, tu ne sens plus la douleur et tu te dépasses. On jouait pour ces supporters, on donnait tout pour pouvoir les regarder droit dans les yeux à la fin du match. Avant le match du samedi à domicile, certains commençaient à m’en parler dès le lundi. Je savais qu’il y aurait du monde le samedi soir pour nous encourager. Il y avait une saveur particulière pour moi, car j’ai commencé à jouer à l’AST à 5 ans. »

Son avis sur la démolition

«  J’ai hâte de voir la nouvelle salle , qui va être un excellent outil pour le développement du basket à Tarare. Mais on ne va pas se mentir : c’est le cœur du basket tararien qui va s’en aller, avec la démolition de Robert-Magat. Une page va se tourner, des souvenirs vont partir. J’ai passé tellement de temps dans cette salle ! »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Ardo Sow. J’ai joué sept ans à ses côtés et j’ai repris le flambeau de capitaine à son départ. C’était notre ‘‘doyen’’ et on s’entendait super bien. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 10e épisode de notre série avec l’Américain John Dearman, la plus grande star du club, qui a enchaîné les performances exceptionnelles de 1972 à 1981. Par Yoann TERRASSE - 28 janv. 2022 à 18:14 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

C’est tout simplement le meilleur joueur de l’histoire de l’AST. Arrivé en 1972, à 23 ans, cet Américain de 2,04 mètres a fait des ravages sur tous les terrains de France. Lors de la seule saison de Tarare en Nationale 1 (1976/1977) , John Dearman a fini meilleur marqueur du championnat avec la moyenne stratosphérique de 32,7 points à plus de 50 % de réussite par match, compilés à 10 rebonds ! « J’ai joué toute la saison avec une hernie discale, mais ça ne m’a pas empêché de donner mon maximum », confie ce scoreur d’exception, qui a aussi marqué les esprits hors du terrain, en ouvrant le bar “La 6 e Faute” avec son coéquipier américain ‘‘BG’’ Brosterhous. « Tarare est un endroit formidable avec des paysages de campagne magnifiques. J’ai eu la chance que les Tarariens m’adoptent d’entrée, et grâce à leur générosité et leur gentillesse, j’ai connu un autre style de vie. Aux matchs de basket ou rugby, aux concours de boules ou de pétanque, chez les amis ou à “La 6 e Faute” , les bons souvenirs sont nombreux », se souvient-il, depuis la région bordelaise où il réside aujourd’hui.

Après l’AST, John Dearman jouera à Chalon en 1981 et Montpellier, avant d’embrasser une carrière à succès de manager général à Limoges (1992-2000), marquée par le titre de champion d’Europe en 1993, puis à Paris (2000-2002), où il a assisté à l’éclosion de Tony Parker. Un parcours très riche dans le monde du basket professionnel, qui a commencé par neuf années tarariennes mémorables.

Sa première fois à Robert-Magat

« C’était en compagnie des grands dirigeants de l’époque : Didi Vially, Henri Terrasse, Jo Magat, Jean Pierrefeu. J’ai tout de suite remarqué que vu sa superficie, la salle était parfaitement conçue : le public voyait parfaitement le match et les joueurs étaient motivés par l’ambiance. »

Son match mémorable

« Celui contre l’Asvel en Nationale 1 (il avait inscrit 44 points, N.D.L.R.), que l’on aurait dû gagner (88-95), mais leur expérience a fait la différence. C’était déjà un tournant dans la saison, car une victoire contre la meilleure équipe française à notre deuxième match aurait pu en appeler d’autres. J’aimais aussi le tournoi international, organisé chaque année à Robert-Magat, qui regroupait des équipes nationales, des clubs étrangers, les meilleures équipes françaises et Tarare. »

Le rôle du public tararien

« Il était très impliqué. Les résultats de l’équipe fanion avaient une grande importance pour la ville. Les Tarariens discutaient du match précédent et du match à venir toute la semaine. C’est vraiment dommage que l’on ne se soit pas maintenu au plus haut niveau pour eux. Jean Pierrefeu disait souvent qu’il nous manquait un joueur. Je suis d’accord. Avec un Gérard Chat plus âgé par exemple - à son meilleur niveau, il n’avait rien à envier aux meilleurs meneurs français -, et avec Jean-Pierre Castellier, nous aurions pu nous maintenir facilement. ‘‘Casto’’ avait une vision du jeu qui nous a beaucoup aidés l’année de la montée, c’était notre leader. Mais il a pris sa retraite (en 1976, N.D.L.R.) »

La démolition de Robert-Magat

« En pensant à cette salle, j’ai une pensée pour la famille Magat. Fred était mon premier ami à mon arrivée. On se baladait dans sa 4L à travers la ville avec son berger allemand : quel bon souvenir ! Son père Jo et toute sa famille m’ont accueilli les bras ouverts. J’ai une pensée aussi pour Guy Pepino, qui nous a quittés. J’espère que leurs noms seront associés à la nouvelle salle. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« J‘ai considéré presque tous mes coéquipiers comme des amis. ‘‘BG’’ (Brosterhous) était comme un frère pour moi. Je veux citer aussi Gérard Chat et Paul Souzy, qui ont fait énormément pour le club et la ville. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 13e épisode de notre série avec Eric Nordmann, un brillant Américain qui a connu le plus haut niveau français après son passage à Tarare dans les années 1990. Par Yoann TERRASSE - 18 févr. 2022 à 13:47 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Il fait partie des grands noms Américains du club. Grâce à ses performances avec l’AST (en Nationale 2) de 1992 à 1994, Eric Nordmann a découvert ensuite le plus haut niveau du basket français à Besançon (Pro A) et Bourg-en-Bresse (Pro B), jusqu’en 2000.

Car cet ailier américain avait marqué les esprits avec des lignes de statistiques impressionnantes et un jeu très complet.

Lors de sa signature à Tarare, la presse locale évoquait « un joueur de 2,02 m et 103 kg, âgé de 27 ans, efficace à tous les postes, avec des moyennes de 30 points et 11 rebonds par match », sous les couleurs de Nice, son ancien club où il était resté trois ans, après être passé au Luxembourg. Pendant ses deux saisons à Tarare, Eric Nordmann a pleinement justifié son statut de “top joueur”, dans une équipe entraînée par Thierry Rochet, où figuraient Butts, Machabert, Lacroix, Plasse, Galaya, Soulier, Martin, Noyel, Dubost et Duperray.

Depuis son Michigan natal, où il vit aujourd’hui, Eric Nordmann n’a rien oublié de la ferveur qui s’emparait de Robert-Magat le samedi soir.

Sa première fois à Robert-Magat

« J’étais venu jouer avec Nice face à l’AST et, en tant que joueur adverse, j’avais été surpris par le nombre de spectateurs qu’il pouvait y avoir dans cette salle. J’avais même été choqué par le bruit des supporters ! »

Son match mémorable

« Tous mes matchs à Robert-Magat avec l’AST. J’ai vraiment été impressionné par cette petite salle, où l’ambiance était incroyable. C’est comme si chaque match ici était toujours un très grand rendez-vous, avec une importance capitale pour nous les joueurs, mais aussi pour toute la ville. »

Le rôle du public tararien

« Il nous donnait de la force et nous a permis de gagner certains matchs. Sans ces supporters, ça aurait été juste une simple petite salle, comme beaucoup d’autres existent en France. Aux États-Unis, je jouais dans une salle de cette dimension, également dans une petite ville. C’est pourquoi je connaissais ce genre d’atmosphère très chaude. À Tarare, tu connaissais les supporters et ils te connaissaient personnellement, dans la vie de tous les jours. Tu n’étais pas juste un joueur de basket américain, mais l’un des leurs. »

Son avis sur la démolition

« Je suis triste d’apprendre que cette salle sera démolie. Mais je suis heureux d’avoir fait partie de ceux qui ont eu le plaisir d’y jouer et je n’oublierai jamais ces moments, comme les après-matchs festifs à la buvette ! J’espère que la future salle sera petite comme Robert-Magat , pour que les supporters restent connectés avec les joueurs pendant les matchs. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Je veux remercier toutes les personnes rencontrées quand je jouais pour Tarare. Cela m’a permis de bien me sentir, alors que j’étais loin des États-Unis. Je tiens à saluer tous mes anciens coéquipiers, ainsi que ‘‘coach Alan T’’ ( Alain Tasoniero, l’assistant coach de l’époque , N.D.L.R.) et sa famille, qui ont été si gentils avec moi. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 12e épisode de notre série avec Henry Fields, le premier grand joueur américain de l’histoire du basket français, qui a entraîné Tarare à la fin des années 1970. Par Yoann TERRASSE - 11 févr. 2022 à 19:26 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

C’est un personnage qui a marqué l’histoire de son sport, en étant l’un des premiers Américains à arriver en France pour jouer au basket. C’est après son service militaire, qu’Henry Fields a accompli à Orléans, en 1960. La success-story française de cet athlète d’1,97 m, natif de New York, est en marche : il réalise le doublé championnat de première division/coupe de France avec le Paris Université Club en 1963, avant de signer au Stade Français puis à Antibes, avec qui il sera encore champion de France en 1970, en étant élu meilleur joueur étranger du championnat.

Il rejoindra l’AST lors de l’année post-Nationale 1, en 1977 : « Je devais signer à Montpellier, mais le rendez-vous a été annulé et Pierre Dao (ex-joueur de l’AST) m’a dit que Tarare, qui venait de descendre en N2, cherchait un entraîneur. » Contre toute attente, il avait même dû reprendre du service sur le terrain, en jouant à la place d’Henry Boyd, un Américain fraîchement recruté, suspendu après un match amical contre Vichy !

Aujourd’hui installé à Auterive (Haute-Garonne), Henry Fields a longtemps entraîné les jeunes du club de basket local, qu’il a créé en 1998, et les scolaires. Dans cette commune, il a marqué de son empreinte la vie sportive : son nom a été donné au gymnase. « Je donne encore des coups de main au club, mais j’ai 83 ans, donc j’en fais moins qu’avant », précise cette icône du basket, qui regarde avec assiduité « les matchs de NBA et de championnat de France à la télé. »

Sa première fois à Robert-Magat

« Il faisait froid, je ne suis pas certain qu’il y avait le chauffage (rires) ! C’était en 1964. Je jouais au Stade Français, mais j’avais été sollicité pour renforcer l’AST lors du tournoi international (organisé chaque année, le challenge Taraflex rassemblait des équipes internationales, des sélections étrangères, les meilleurs clubs français et Tarare, N.D.L.R.). J’en garde un beau souvenir (il avait fini meilleur marqueur du tournoi avec 50 points sous les couleurs de l’AST, dont l’équipe entraînée par Robert Blanchard était composée de Monclar, Dao, Pierrefeu , Terrasse, Kouassi, Prele, Magat, Collon, Koffi et Gouttard, N.D.L.R.). »

Son match mémorable

« En 1968, les phases finales du championnat de France de Nationale 2 avaient eu lieu à Robert-Magat. Avec mon club d’Antibes, nous avions été sacrés champions en battant le Stade Français. »

Le rôle du public tararien

« Dans les petites villes, il était toujours très chauvin. C’était le cas à l’AST, le public nous encourageait à fond. Je garde un super souvenir des Tarariens : ils nous ont bien accueillis avec ma famille, jusqu’à mon départ, en 1978, pour entraîner l’école américaine à Paris. »

Son avis sur la démolition

« Ce sera super pour Tarare d’avoir une salle avec du chauffage et un bon plancher en bois (rires) ! Plus sérieusement, c’est très important de se moderniser et de créer des équipements pour développer tous les sports. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Si j’ai l’occasion de passer à Tarare, on ira manger tous ensemble avec ceux que j’ai entraînés en 1977 et 1978 (il y avait notamment Boyd, Duprez, Chambost, Chat , Girerd, Dumas, Salamand, Benaouda, Parthenet, Dearman , N.D.L.R.). Ça me ferait plaisir. C’était un bon groupe et je n’ai jamais eu aucun problème avec un joueur. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 14 e épisode de notre série avec Henri Terrasse, joueur dès 1953, puis fidèle au club en tant que dirigeant pendant les glorieuses années 1960 et 1970. Par Y.T. - 26 févr. 2022 à 06:00 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Il fait partie de ceux qui ont écrit les premières belles pages de l’histoire de l’AST. Henri Terrasse a d’abord été acteur sur le terrain de la montée en puissance du club, qui a accédé à la 3e division nationale entre la fin des années 1950 et 1965. Avec un souvenir marquant, pour celui qui avait été champion du Lyonnais cadets et sélectionné en équipe régionale : l’arrivée de Robert Monclar, en 1961, la première star du basket français à porter les couleurs de l’AST dans une équipe alors entraînée par Robert Blanchard, composée de Collon, Pepino, Dao , Pierrefeu , Besson, Koffi, Poncet. Et donc Henri Terrasse, resté fidèle au club après la fin de sa carrière de joueur en 1965, dans un rôle de trésorier pendant les glorieuses années 1970, avec l’accession à la Nationale 1 en 1976. Depuis son départ de l’AST en 1980, il a toujours suivi attentivement résultats de l’équipe fanion, tout en se rendant parfois dans les tribunes de la mythique salle.

Sa première fois à Robert-Magat

« Quand j’ai commencé en minimes en 1953, on jouait dehors, puis sous le préau. En 1964, nous avions participé à la construction de cette salle avec mes coéquipiers. Un beau souvenir. »

Son match mémorable

« Il y en a plusieurs, comme les derbys très chauds qu’on jouait à la fin des années 1950 et au début des années 1960 contre Vaulx-en-Velin, Lyon CRO et la Chorale de Roanne d’Alain Gilles. Je garde aussi en mémoire le match contre Mulhouse en 1976, décisif pour accéder à la Nationale 1, et les rencontres du tournoi de Pâques (le challenge Taraflex rassemblait de prestigieuses équipes nationales, internationales, des sélections étrangères et l’AST, N.D.L.R.). Depuis les tribunes, j’ai aussi connu les magnifiques ambiances des matchs de coupe de France en 1986, avec les victoires face à Nice, Voiron, Cholet (l’AST avait atteint la finale, N.D.L.R.). »

Le rôle du public tararien

« Cette salle a toujours été un chaudron. Des joueurs m’ont confié, plus tard, qu’ils avaient peur de venir jouer à Tarare. Sous le préau, il y avait un monde fou pour nous supporter. L’arrivée de Robert Monclar (il a été double champion de France et comptait 141 sélections en équipe nationale, N.D.L.R.) avait attiré encore plus de public. Son arrivée était un événement dans le monde du basket français. C’était quelque chose d’énorme qu’il signe à l’AST, juste après avoir participé aux Jeux Olympiques de Rome en 1960. À ses côtés, on a essayé d’élever notre niveau de jeu et on a connu une belle progression dans son sillage. »

Son avis sur la démolition

« C’est un crève-cœur, car nous avons participé à sa construction. Mais elle a fait son temps. À notre époque, des adversaires la comparaient à une grande ferme (rires). Ce ne sera plus jamais le cas avec la nouvelle enceinte ! »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Beaucoup nous ont malheureusement quittés. Mais j’aimerais bien avoir des nouvelles de Mike Serafin. Lorsque j’étais dirigeant, c’est le premier Américain à avoir signé à l’AST, en 1969, en provenance de l’université de Californie. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 15e épisode de notre série avec la famille Jouvé, indissociable de l’histoire du club depuis plusieurs générations. Par Yoann TERRASSE - 04 mars 2022 à 15:32 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Entre la famille Jouvé et l’AST, l’histoire est toujours en marche, 40 ans plus tard. Il y a eu Daniel, président (1984 à 1994), pendant que son fils, Philippe, évoluait en séniors (1982 à 1995). Aujourd’hui, la relève est incarnée par Thibaut, joueur de l’équipe 1, et trait d’union entre plusieurs générations. « Ma mère Andrée et mes sœurs Catherine et Stéphanie ont aussi joué à l’AST », complète Philippe Jouvé. Si cette famille est bien connue dans la région pour son entreprise de transports, elle a aussi marqué les esprits à la salle Robert-Magat.

Daniel, président de glorieuses années

Il a été l’un des hommes forts des années 1980. Décédé en 2013, Daniel Jouvé a laissé son empreinte au club. « Il a vécu des moments intenses en tant que président, raconte son fils Philippe. Il y avait les périodes de négociations avec les agents de joueurs à l’intersaison. Il effectuait tous les déplacements de l’équipe 1 à travers la France. Il prêtait parfois le téléphone de sa voiture aux Américains pour qu’ils appellent leur famille (sourire). Il adorait son club et les joueurs et dirigeants le lui rendaient bien. Il était en osmose avec l’équipe, qui terminait très souvent les soirées de match chez le président. »

Philippe, joueur d’une équipe inoubliable

Après avoir signé sa première licence à l’AST en 1973, Philippe Jouvé a joué jusqu’en 1995. « Mon premier entraîneur était Didi Vially ; d’autres m’ont aussi marqué comme Henry Fields ou Edward Jurkiewic. J’ai commencé en séniors en 1982 et on a vécu des moments très forts en émotions, qui resteront à jamais gravés. On était ensemble tous les jours pour s’entraîner à Robert-Magat. On ne vivait que pour le basket et on était soudés, avec un noyau dur de Tarariens », se souvient-il. Avec une mention spéciale pour la fameuse saison 1985/1986, marquée par le titre de champion de France Nationale 3 et une finale de coupe de France. « Pour mon père, c’était sa plus belle année de présidence », confie Philippe, qui n’oublie pas d’autres instants qui ont fait la légende de Robert-Magat, comme cette soirée où Montpellier était venu jouer. « Des anciens de l’AST faisaient leur retour dans le camp adverse : Karim Benaouda, Christophe Girerd et John Dearman en dirigeant, aux côtés d’Apollo Faye. La salle était bondée et chauffée à blanc : la condensation rendait même le sol glissant ! De façon générale, les équipes redoutaient le déplacement à Tarare, car notre public était toujours au rendez-vous », souligne Philippe Jouvé, impliqué aujourd’hui dans la commission sponsoring du club.

Thibaut, fidèle au poste aujourd’hui

« C’est une fierté de le voir en équipe fanion », avoue Philippe, le papa de Thibaut, joueur de l’équipe de Nationale 3. Fidèle à l’AST depuis ses 5 ans, cet intérieur était arrivé en équipe fanion en 2009. « J’avais 17 ans et, un soir dans les vestiaires, le coach m’avait demandé de faire certains déplacements avec l’équipe 1, alors que je jouais en cadets. À l’un de mes premiers matchs à Robert-Magat, contre Geispolsheim, j’étais rentré à 3 minutes de la fin et tout le monde voulait que je marque. J’avais shooté à trois points… C’était rentré ! », sourit-il, avec le souvenir impérissable d’une salle qui explose de joie. Actuellement blessé, Thibaut Jouvé compte reprendre en septembre pour vivre l’une des dernières saisons du club à Robert-Magat. « Ça fera un pincement au cœur quand elle sera démolie, assure-t-il. Ma famille a vécu de très grands moments dans cette salle. Mais on va avoir un complexe magnifique et les jeunes pourront progresser dans d’excellentes conditions. »

Avant la démolition de la mythique salle en 2024, des basketteurs emblématiques de l’AST nous ouvrent leur boîte à souvenirs. 11e épisode de notre série avec Pierre Dao, qui a porté les couleurs du club de 1960 à 1967, avant d’entraîner plus tard l’équipe de France et Limoges. Par Yoann TERRASSE - 04 févr. 2022 à 14:45 | mis à jour le 12 mars 2022 à 07:20

Il fait partie des grands noms du basket, après avoir été sélectionneur de l’équipe nationale (1975 à 1983) et sacré quatre fois champion de France en tant qu’entraîneur de Tours (1976, 1980) et Limoges (1984, 1985). Mais c’est à l’AST que Pierre Dao a commencé sa carrière de joueur, en rejoignant l’équipe sénior en 1960, à 17 ans. « J’arrivais du Cergne, où mes parents avaient un hôtel-restaurant, et j’avais connu Guy Pepino à l’internat à Roanne », se souvient celui qui a été intronisé à l’académie du basket français en 2 021.

Il évoluera pendant sept ans en 3e puis 2e division avec l’AST, pour des souvenirs inoubliables : « Depuis mon départ, j’ai toujours eu les yeux de Chimène pour l’AST et je continue de suivre ses résultats », confie Pierre Dao, qui vit aujourd’hui à Lyon.

Sa première fois à Robert-Magat

« À mon arrivée en 1960, on jouait sous un préau (la salle a été construite en 1964, N.D.L.R.). Deux internationaux ivoiriens, Jonas Koffi et Germain Kouassi, nous ont rejoints en décembre 1963 : ils s’entraînaient avec des gants, car il faisait trop froid ! On jouait en Honneur de France (3e division) et les dirigeants Albert Collon, Didi Vially et Jo Magat avaient la volonté de créer un grand club, en s’appuyant sur la venue de Robert Monclar (142 sélections en équipe de France et père de Jacques, entraîneur et consultant télé, N.D.L.R.), aux côtés de jeunes comme Pepino, Collon et moi, et de briscards comme Pierrefeu et Terrasse. Les dirigeants ont très bien anticipé la construction de la salle, pour permettre à l’AST de grandir, tout en maintenant un haut niveau de résultats sportifs. On est monté en deuxième division et, en même temps, la salle se construisait : c’était une épopée extraordinaire. »

Son match mémorable

«  Le premier match de l’AST en Nationale 1, en 1976 , contre Tours… l’équipe que j’entraînais ! Grâce à mes contacts à la fédération, j’avais fait en sorte que le premier match de l’histoire de Tarare au plus haut niveau se déroule à Robert-Magat contre mon équipe. Pendant cette rencontre (gagnée par Tours, qui était champion de France en titre, N.D.L.R.), j’avais une drôle d’impression. Mon ami Guy Pepino était sur le banc en face. C’était bizarre pour moi, après tout ce que j’avais vécu à l’AST ! Mais je garde un beau souvenir affectif de ce match. »

Le rôle du public tararien

« C’était notre sixième homme. Le basket était le sport numéro 1 à Tarare dans les années 1960 et les gens s’identifiaient à leur équipe. C’était plus que des supporters : leur soutien nous donnait quelques points supplémentaires ! Plus tard, j’ai entraîné Limoges et c’était la même ferveur. Lorsque je suis devenu entraîneur de l’équipe de France, j’ai voulu rendre au public tararien ce qu’il m’avait donné. C’est pour cette raison qu’on avait organisé à Robert-Magat un match de préparation entre l’équipe de France et les meilleurs joueurs Américains du pays. »

Son avis sur la démolition

« Ça me fait de la peine, mais je comprends qu’un projet de nouveau complexe sportif soit lancé, pour aider l’AST à aller plus haut. »

Le coéquipier qu’il aimerait revoir

« Beaucoup nous ont malheureusement quittés. Je vais dire ‘‘BG’’ Brosterhous ( joueur de l’AST de 1974 à 1978 , N.D.L.R.), même si je ne l’ai pas côtoyé à Tarare, mais après, en équipe de France et à Limoges. »

En 1976-1977, l’Alliance sportive Tarare (AST) a participé à l’unique saison de son histoire parmi l’élite du basket français. Quarante ans plus tard, l’aventure est restée gravée dans la légende du sport local. Par Yoann Terrasse - 31 juil. 2016 à 05:00 | mis à jour le 08 déc. 2021 à 17:56

Nous sommes le 18 septembre 1976. C’est le grand soir. L’heure des braves. L’Alliance sportive Tarare dispute le tout premier match de sa riche histoire en Nationale 1. Au cœur de l’élite du basket français, face à Tours, le champion en titre. « C’était une forme d’apothéose et de consécration d’atteindre un tel niveau », se souvient le président de l’époque, Jean Pierrefeu, qui met en exergue le travail fourni depuis les années 1960 par les Blanchard, Dao ou Monclar. La saison d’avant, portée par Castellier, l’AST avait décroché son précieux sésame pour la N1, après des matchs épiques face à Mulhouse, Monaco et Montbrison.

Tarare gravite au milieu des étoiles du basket français. Bienvenue dans un autre monde. Celui des Limoges, Asvel, Orthez… Des fleurons de l’économie locale comme Biolay et Taraflex mettent la main à la poche. « On avait un million de francs de budget », glisse l’ancien président. Mais l’entame de championnat s’avère délicate. Le “petit poucet” s’incline 108 à 98 contre Tours. « Sur toute la saison, on a perdu 18 matchs de moins de dix points », regrette Jean Pierrefeu.

3 200 spectateurs « en fusion » à Robert-Magat

Le meneur de jeu, Gérard Chat, 20 ans à l’époque, se souvient, lui aussi, d’un « début de championnat compliqué » : « Si on avait affronté des équipes plus faibles, la saison aurait pu être différente. Notre apprentissage de la N1 a été dur. » Lors du second match, c’est, en effet, l’Asvel d’Alain Gilles, future championne, qui déboule dans une salle Robert-Magat incandescente. « 3 200 personnes en fusion ! », décrit Jean Pierrefeu. Le record d’affluence n’a jamais été égalé. « L’ambiance était extraordinaire. On se sentait poussé par le public », témoigne Gérard Chat. « En ville, tout le monde ne parlait que de notre équipe. L’engouement était impressionnant », souligne à son tour John Dearman. Un soutien populaire qui ne suffira pas : l’AST, qui s’appuie sur un jeu très rapide, perd ce second match de la saison 88 à 95. « On n’a pas été ridicules. Au match retour contre Villeurbanne, on s’incline de trois petits points. Mais on manquait vraiment d’expérience », estime le meneur de jeu. Les Américains, Dearman et Brosterhous, multiplient pourtant les miracles avec des matchs remarquables. « Nous étions limités financièrement et c’était déjà exceptionnel d’être à ce niveau pour une petite ville comme Tarare », rappelle John Dearman. En Nationale 1, l’AST, avant-dernière, remportera finalement quatre matchs, avant de redescendre. « C’est un regret de ne pas avoir accroché le maintien, car on a fait de bons matchs », confie l’Américain. « Le niveau était très élevé, mais on se battait. On a tout donné. Ce fut une expérience fantastique », insiste son compère “BG” Brosterhous.

Depuis, l’AST, qui évoluera cette saison en N3, n’a plus jamais côtoyé l’élite. En 1976-1977, une page de la légende du sport tararien a été écrite. Quarante ans plus tard, elle reste inoubliable.

🚨 PROGRAMME DU WEEK-END ⛹️

La reprise du championnat a sonné pour nos équipes qui évoluent en championnat Ligue.
Ils démarreront tous à domicile ce samedi après-midi. N'hésitez pas à venir les encourager pour qu'il démarre au mieux cette dernière phase 🔥
Un plateau Baby et des matchs amicaux U11 seront également au programme samedi matin à la salle #TEAMAST 🔴⚪️

🚨 STAGE VACANCE DE FEVRIER 🚨

Vous trouverez ci-joint le planning du stage pour les vacances de Février.

Pour tout demande de renseignements et inscriptions, merci de contacter Marjorie COMBY : 06.11.55.32.59

CLIQUEZ SUR L'ONGLET BOUTIQUE POUR DECOUVRIR LES PRODUITS ET COMMANDEZ AVANT LE 20 JANVIER 2023 POUR LA NOUVELLE CESSION